Language
Now in Minsk   The weather in Belarus

Accueil Culture Architecture

L’apport du Bélarus dans le trésor mondiale d’architecture

Au Moyen Âge le Bélarus a été appelé le « pays des châteaux ». Tous les 20-30 km il y avait des cités et des villes fortifiées, qui protégeaient la population voisine. Par le nombre de monuments architecturaux le Bélarus n'est pas inférieur à n'importe quel pays européen. En outre, de nombreux curiosités bélarussiennes n’ont pas d’analogue dans le monde.

Le trésor de la culture mondiale  comprend la Belovejskaya Pouchtcha, le château de Mir, le complexe de château et de parc de Nesvij et l'arc géodésique de Struve. Les experts de l’ONUESC examinent attentivement encore près de deux dizaines d’objets situés sur le territoire du Bélarus,  qui peuvent être inclus dans la Liste du patrimoine mondial. Parmi ceux-ci:

Le canal Avgoustovskiy — une construction  hydraulique unique de la première moitié du XIX-ème siècle. Il représente un système complexe des voies d'eau, des rivières, des lacs et des écluses navigables et d’évacuations conjugués à ces voies. Dans le monde, il n'y a que trois canaux pareils: en plus du canal  Avgoustovskiy, ce sont le canal Calédonien dans la Grande Bretagne et le Canal Gota en Suède. Toutefois, les canaux britannique et suédoi n‘ont pas de tel ampleur: des canaux excavés artificiellement d’une longueur totale près de 45 kilomètres ont lié  l'unité de plus de 35 kilomètres des tracés  des rivières et 21 kilomètres des surfaces des lacs, en nivelant  la chute de 54 mètres d'élévations de la surface de l'eau. Le canal a été construit en utilisant la technologie la plus récente à l'époque, basé sur l'expérience de célèbres canaux allemands, britanniques et suisses et à juste titre est considéré comme l’atteinte d'ingénierie européenne de son temps. Grâce à lui, toutes les voies navigables de l'Europe centrale et de l’Europe de l'Est sont enfermés dans un noeud. La longueur totale du canal est maintenant de 102,5 kilomètres, dont 22 km passent à travers le territoire du Bélarus (de la frontière bélarussienne-polonaise au débouchement à Neman).

La cathédrale de Sainte-Sophie à Polotsk — l'exemple du  baroque de basse Bélarus comme un symbole de l’égalité (avec la deuxième Rome — Constantinople) et de la concurrence (avec Kiev et Novgorod, où il y avait les églises consacrées à Sainte-Sophie). A ce jour, le monument de l'architecture sacrée est conservé dans la forme sous laquelle il a été restauré par l'architecte Yan Krichtof Glaoubits. 

La cathédrale de Sainte-Sophie à Polotsk - l'exemple lumineux du tard baroque bélarussien. Photo: Alfred Mikous.

La tour de Kamenets — un monument de l'architecture défensive du XIII-ème siècle. La colonne de Kamenets a été construite par ordre du prince de Volyn Vladimir Vasylkovytch entre les années 1276 et 1288 comme un élément essentiel du système défensif de la frontière occidentale de la principauté de Volyn. La tour ronde, sans articulation horizontale et verticale a un diamètre extérieur de 13,5 mètres, et s’élève sur la rive de la rivière Lesnaya à près de 30 mètres en haut. L'épaisseur des murs de briques rouges foncés du donjon est jusqu'à 2,5 mètres.

L’église de Boris et Gleb à Grodno, construite en 1180 par l'architecte Petr Milanéga sur la rive haute du fleuve Neman dans le lieu sain des païens d’ourotchichtché de Kolojan. C’est la plus ancienne église chrétienne dans la région de Grodno. L’église de Kaloja a été renouvelée au début du XVI-XVII siècles. Les glissements de la rive haute ont menacé à plusieurs reprises le monument de l'architecture religieuse dans les deux derniers siècles.

L’église de Boris et Gleb à Grodno. Photo : Dmitry Borovsky.

Le couvent féminin de Saint-Nicolas à Moguilev – l’exemple de l'école  de l'architecture religieuse monumentale de Moguilev, qui s'est développé dans le XVII — XVIII siècles. Un trait caractéristique était son habile combinaison de techniques anciennes russes et celles ouest-européens de la construction des temples.

La fortification de la forteresse de Brest. Le monument historique de l’époque de l'Empire russe, qui est devenu le symbole de courage du peuple bélarussien, a célébré son 170-ème anniversaire depuis l'introduction dans le nombre des fortifications d'exploitation, le 26 avril 2012. Au début de son existence, la forteresse de Brest a été considérée comme l'une des fortifications les plus sophistiqués de l'Empire russe.

L’ensemble de palais et de parc de Gomel est un monument de l'architecture de la deuxième moitié du XVIII – XIX siècles. Le complexe se compose de six pièces de musée. Tous les bâtiments sont les monuments historiques du XVIII-XIX siècles. L'objet principal est le palais de la famille  Roumyantsevy et Paskevitchi. L’image de ce complexe est représentée sur la coupure de 20 000 roubles bélarussiens de la Banque nationale de la République du Bélarus.

L'ensemble architectural de l’Avenue de l'Indépendance à Minsk – l’une des principales artères de transport de la capitale  est un monument de l’architecture urbaine de l'ère soviétique représentant une grande valeur architecturale à la fois pour le pays et pour le monde entier. Le style des bâtiments de l’avenue de l'Indépendance est décrit comme «l’Empire de Staline», et les édifices sur les côtés gauche et droit sont presque la réflexion régulière les uns des autres. L'ensemble architectural de l’avenue de l'Indépendance est inclus dans l’encyclopédie de  10-volume de « L’architecture mondiale des années 1900-2002 » dans le  nombre des milliers des meilleurs ouvrages de l'architecture mondiale.

L’architecture en bois de Polessyé bélarussien  dans les régions de Brest et de Gomel. Des analogues des églises bélarussiennes construites aux XVI-XIX siècles en Europe ont presque disparu. Dans la région de Brest 112 immeubles sacrés en bois, dignes d'attention, ont survécu. Et 88 d'entre eux peuvent être considérés comme uniques — vous ne rencontrerez pas deux temples identiques. Les uns ont des croix, créés sous l'influence du paganisme. Des experts proposent d’unir de vieilles églises en bois et des bâtiments de Polessyé en un objet  transfrontalier, soi-disant « Le collier en bois », couvrant non seulement le territoire de Brest et de Gomel, mais aussi de la Pologne et, éventuellement, de la Slovaquie.

L’église de la Nativité de la reine du Ciel à Mourovanka. Photo : Dmitry Borovsky.

Des bâtiments  de culte du type défensif: l'église catholique de Saint-Jean-Baptiste à Kamaï, les églises orthodoxes  à Mourovanka et à Synkovitchi.

L’architecture contemporaine bélarussienne est également intéressante: le bâtiment original de la Bibliothèque nationale est mentionné à plusieurs reprises dans les listes de la conception architecturale la plus inhabituelle. Aujourd'hui, le «diamant» bélarussien est non seulement un centre culturel unique et pédagogique, un vrai sanctuaire du livre, mais c’est également le lieu de repos préféré des Minskois et des visiteurs de la capitale. De la terrasse d'observation de la Bibliothèque nationale, située à la hauteur de 72 mètres, Minsk est visibles comme dans le creux de la main.

Le «diamant» bélarussien des connaissances. Photo : Dmitry Borovsky.